Un exemple de francisation réussie

(8 mai 2019) Dans une édition récente, le magazine Centre-ouest affaires a présenté un dossier sur les ressources offertes en francisation. À travers les textes, on lit le témoignage de Carolina Chaves, une élève du Centre d’éducation des adultes Outremont. Lors de son arrivée au Québec, en avril 2016, la dame ne disait pas un mot de français. Elle a cependant rapidement compris que l’impossibilité de communiquer constituait un problème pour son insertion sociale et professionnelle. Trois ans plus tard, elle a atteint le niveau 8 (le plus élevé) de francisation. Elle parle, lit et écrit la langue de Félix Leclerc et se sent maintenant prête à entamer la recherche d’emploi. Mme Chaves est catégorique, la francisation a été le catalyseur de son intégration au Québec.


Partager sur :