Les mineurs ont bonne mine

(5 novembre 2019) Il y a quelques semaines, une troisième cohorte d’élèves inscrits au programme Extraction de minerai offert au Centre intégré de mécanique, de métallurgie et d’électricité (CIMME), en collaboration avec le CFP de la Baie-James, s’est rendue à Lebel-sur-Quévillon. Mais qui sont ces gens qui choisissent de vivre dans un village de 2000 habitants situé à 600 kilomètres de Montréal?

En fait leurs profils sont très variés : Québécois de souche et issus de l’immigration, trentenaires, quadragénaires et quinquagénaires, célibataires et parents, hommes et femmes. Et dans tous les cas le choix du nord est sans regrets, comme le démontre ce florilège de témoignages (cliquez sur les liens pour les voir et les entendre).

«Ce n’est pas une grosse mine, alors on touche à tout et on peut monter assez vite.» - Philippe Ouellet

«Avant de descendre, j’avais un peu de trac, mais après un moment j’ai oublié que j’étais dans une mine.» - Radia Benabdallah

«C’est un beau domaine, il y a de l’avenir, il y a beaucoup d’emplois… et c’est très très lucratif.» - Ted Gary Adolphe

«Pour moi c’est comme un voyage, une nouvelle expérience de vie.» - David Charbonneau

«Je sens un esprit de famille à Lebel-sur-Quévillon.» - Stanley Saturne

«C’est très chaleureux comme environnement.» Megan Chu

«Il n’y a pas grand-chose qui m’a donné des frissons comme ceux lorsque je suis descendu dans la mine.» - John Fyfe


Partager sur :